jack

Administrateur
  • Compteur de contenus

    2 545
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

6 886 Excellent

3 abonnés

À propos de jack

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance July 29

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Long terme

photo

  • Interests
    5%

Visiteurs récents du profil

6 267 visualisations du profil
  1. je l'ai vue a plusieurs reprise est ces videos sont de la pur propagante. Le principe est simple si ta femme est belle tu ne paye pas pour qu'un autre couche avec, ca pas de sens son affaire
  2. Les Musulmans doivent cesser les prières haineuses contre les non-Musulmans L’une des raisons pour lesquelles j’évite les rassemblements du vendredi dans les mosquées consiste en une supplication rituelle spécifique qui est éructée par les imams de plusieurs mosquées au Canada et dans le monde, juste avant notre prière communautaire formelle du vendredi, la salat-ul-joumou’a. Dans cette supplication, l’imam prie Allah, entre autres choses, pour qu’il accorde « aux Musulmans la victoire contre les Qawm al-Kafiroon », le terme arabe qui recoupe tous les non-Musulmans qu’ils soient juifs, hindous, chrétiens, athées, bouddhistes et sikhs, englobés dans une catégorie, les « kouffars » ou « non-Musulmans ». Cette supplication n’est pourtant pas obligatoire. De ne pas réciter cette prière n’est en rien contraire à la sainteté et à la solennité de la prière communautaire collective. J’ai eu plusieurs disputes à ce sujet avec mes amis et membres de ma famille musulmans orthodoxes et conservateurs, en insistant notamment sur la nécessité, pour ceux qui vivent au milieu des non-Musulmans, d’au moins ne pas prier pour la défaite des non-Musulmans aux mains des Musulmans. Ils se disent d’accord avec moi, mais les choses se gâtent lorsqu’il s’agit de demander qui serait assez audacieux pour demander aux mosquées d’agir en conséquence ? Au lendemain du massacre islamiste au journal français Charlie Hebdo, en janvier 2015, suivi de l’assassinat de Juifs français à l’intérieur d’une épicerie à Paris, je me suis dit : «Assez, c’est assez !» J’ai donc décidé de demander à mes amis musulmans de relever le défi et de se tenir en silence avec moi devant la mosquée locale avec des affiches proclamant : Je suis Charlie. Je voulais ainsi encourager les Musulmans qui entraient dans la mosquée de se joindre aux Musulmans qui renoncent au djihad, qui dénoncent la terreur islamiste et qui se portent à la défense de la liberté d’expression, et ce, même quand des gens insultent notre Prophète. Une poignée seulement de mes coreligionnaires ont répondu à mon appel. La plupart de mes camarades avec qui j’ai combattu l’islamisme tout au long de ma vie étaient terrifiés et se sont décommandés à la dernière minute. Seul le président du Congrès musulman canadien, l’écrivain Munir Pervaiz, et deux exilés kurdes, Keyvan Soltany et Hadi Elis, ont bravé la neige pour venir à mes côtés. Une fois rendu à l’intérieur de la mosquée, j’espérais que, dans la foulée du massacre du Charlie Hebdo, l’imam aurait le bon sens de ne pas mentionner les non-Musulmans en tant qu’adversaires ou ennemis. Mais mes espoirs se sont vite évanouis. Loin de condamner les actes terroristes, l’imam, qui s’exprimait en anglais, se mit à hurler que « l’Islam dominera dans ce pays sur toutes les autres religions, mêmes si les « mécréants » (Juifs, Chrétiens, Hindous, Athées, Sikhs, etc.) détestent cela ! ». Je n’en croyais pas mes oreilles. Aucune indignation ne fut alors exprimée contre le fait que des Juifs avaient été pris en otages et assassinés par des djihadistes, en France ce matin-là. L’imam nous a plutôt recommandé, à nous Musulmans, de réagir aux insultes en prenant pour exemple le Prophète Mahomet lui-même. Le problème avec une telle suggestion est que s’il est vrai qu’il y a eu certaines occasions où le Prophète Mahomet a pardonné à ceux qui se moquaient de lui, en d’autres occasions il a ordonné de les tuer. À la fin de son khutba (sermon), l’imam a répété la prière rituelle demandant à Allah d’accorder aux Musulmans la victoire contre les non-Musulmans. Cette prière dit notamment : « Ô Allah ! Verse ta patience sur les Musulmans, renforce-les et donne-leur la victoire contre les Qawm -el Kafiroon (tous les non-Musulmans) ! » « Ô Allah ! accorde la victoire à nos frères les Musulmans, aux opprimés, aux tyrannisés et aux moudjahidines (ceux qui font le djihad contre les non-Musulmans) ! » Puis nous nous sommes tous levés en rangs bien ordonnés, nous nous sommes tournés vers la Mecque et avons obéi à l’imam tandis qu’il dirigeait la prière qui est obligatoire à tous les Musulmans. En quittant les lieux, je savais que je ne mettrai plus jamais les pieds dans cette mosquée. Article dans sa version originale anglaise ici.
  3. il y a trop d'argent en cause pour ne pas avoir un retour. mais attention aux arnaqueur
  4. Non pas du tout car moi a 28 je suis super bien. il y a peu de jour a plus que 28
  5. La mariée de 40 ans laisse un siège vide pour son fils décédé. Mais lorsqu’elle voit qui arrive lors de la cérémonie, elle ne peut retenir ses larmes. Il y a deux ans, Becky Turney, originaire d'Alaska, a fait la pire expérience qu'une maman puisse faire : la perte d'un enfant, son fils Triston seulement âgé de 19 ans. Malgré la douleur, Becky n'a pas d'autre choix que de reprendre sa vie en main et continuer. Ainsi, deux ans après le drame, elle se marie à l'homme de ses rêves, Kelly Turney. En ce jour de célébration, Becky est heureuse, mais n'a que Triston en tête. Elle laisse même une chaise vide juste pour lui avec le message suivant : "Je suis au paradis le jour de ton mariage, que faire ? Mais pour ce moment magique, je redescendrai sur Terre. Alors garde-moi une chaise juste là, car tu ne me verras pas, mais je serai là." Mais la surprise que son futur mari lui fait le jour du mariage va la laisser sans voix. Quelques minutes avant la cérémonie, Kelly lui dit qu'il voudrait lui présenter quelqu'un. Ce quelqu'un est un jeune homme de 21 ans, Jacob Kilby, qui a pris un vol de San Diego juste pour la rencontrer. Lorsque Becky le voit, elle éclate immédiatement en sanglots. Elle connait ce garçon... Après la mort de Triston, Becky a fait le choix de faire don de ses organes. Son geste a permis de sauver la vie de cinq personnes et Jacob en fait partie. Il a reçu le coeur de Triston en octobre 2015. Cela fait des mois que Kelly prépare cette surprise à Becky, car il voulait qu'un peu de son fils soit là avec elle en ce jour si important. Le moment de leur rencontre est indescriptible. Becky peut à nouveau entendre battre le coeur de son fils avec un stéthoscope. Triston n'est plus là, mais son coeur bat. Elle raconte : "J'ai complètement perdu le contrôle et crié comme une petite fille. Je sautais de partout, c'était incroyable. Je n'ai jamais eu une aussi belle surprise. J'avais l'impression d'être la fillette qui ouvre en douce les cadeaux de Noël sous le sapin et les remet comme si de rien n'était. C'est juste incroyable ce qu'il a fait." Jacob est né avec le syndrome d'hypoplasie du ventricule gauche et a dû subir trois opérations avant sa première greffe alors qu'il n'était âgée que de deux ans. Mais en 2015, le coeur donné commence à se dégrader et peu de temps après, il fait une crise cardiaque. Mis sur la liste d'attente, on lui greffe le coeur de Triston en octobre 2015. Pour Becky, savoir que la vie de son fils a pu en sauver cinq, dont celle de Jacob, est une véritable source de réconfort, fierté et joie. "Tout le monde laisse une trace sur terre, mais voir comment Triston a changé la vie de Jacob est tout simplement incroyable. Je suis extrêmement fière." De son côté, Kelly espère que la surprise faite à sa désormais femme encouragera les gens à envisager le don d'organes. "C'est le geste le plus altruiste que l'on puisse faire. Nous souhaitons encourager les familles des donneurs et les receveurs à se rencontrer, parce que ça fait du bien et que c'est presque une nécessité", explique Kelly. Pour Jacob, après une donation, "un lien éternel se forme" entre la famille du défunt et le receveur. On comprend mieux pourquoi le mariage de Becky et Kelly était un événement émouvant. La perte d'un enfant est une expérience traumatisante dont on ne se remet jamais, mais grâce à son époux, Becky a pu avoir un peu de son fils auprès d'elle pour l'une des journées les plus spéciales de sa vie. Jacob n'a pas hésité une seconde à se rendre à la cérémonie. Il sera éternellement reconnaissant envers cette famille qui lui a permis de rester en vie, tout simplement. Une histoire extrêmement touchante qui fait chaud au coeur...
  6. oui beaucoup 3 a 7 jours par année
  7. A première vue cette réflexion a du sens. Avec un texte aussi court et dur a lire quand tu te met a la place du bebe. Ont peu pensee a une manipulation de la part du monstre.. delà pourrais venir une sentence réduite.
  8. chance dans ma malchance, un personne m'as donner un air climatise et la fenêtre est débarqué de sa rail, donc rien de briser mais ca va me prendre des bras pour la remettre en place.
  9. Belle gaffe. Je voulais installer l'air climatise. Je la dépose sur le rebord de la fenêtre et je vais chercher la pièce pour boucher l'espace vide, le temps ramasser la pièce je vois l'air climatise qui se suicide en se lançant du 2 iem étage, pas de chance pour elle, la fenêtre du premier étage étais ouverte causant un face à face mortel. Je suis descendu rapidement mais je n’ai pu que constater son décès. Je lève les yeux et je vois la fenêtre de la cuisine presque arracher RIP